Temps de lecture : 14 minutes

Bienvenue sur Dessiner la nature ! Si vous aimez la nature et le dessin, vous pourriez être intéressé par mon guide “5 Clés pour découvrir la nature grâce au dessin” : Cliquez-ici pour le recevoir gratuitement 🙂.

Le nature journaling, vous connaissez ? Si je vous dis que cette activité permet de se reconnecter à la nature et de profiter de tous ses bienfaits, ça donne envie non ? 🙂

Alors que nous passons de plus en plus de temps en intérieur (jusqu’à 18h par jour en moyenne pour les personnes au foyer et les retraités1), que nous avons de plus en plus tendance à être déconnecté du monde vivant2 et qu’en parallèle le stress est très présent dans nos vie quotidienne (pour 68% des femmes et 38% des hommes3), cette activité créative semble bien tomber.

Je l’ai découverte il y a moins d’un an et comme elle m’a vraiment emballée j’ai souhaité vous en parler dans un article dédié 🙂. 

Nous allons donc voir ce qu’est exactement le Nature Journaling, ses avantages et bienfaits et comment s’y mettre concrètement.

Bonne lecture ! 🙂

Le Nature Journaling : présentation

Qu’est ce que le Nature Journaling ?

Cette activité consiste à observer la nature et à noter ses observations dans un carnet à l’aide de l’écrit (mots, chiffres) et/ou de dessins. Il s’agit donc d’un carnet personnel. 

Je vais vous présenter quelques exemples en images mais il faut garder en tête qu’il n’y a pas de format strict et défini. Il y a autant de style de journal nature que de personnes qui le pratiquent.
Tout est possible, c’est une activité qui laisse une grande part à la créativité !

Pour vous donner une première idée, voici quelques éléments parfois intégrés parfois pour organiser ses notes : 

Flèches, encadrés, bulles pour faire des zooms, nuages, pictogrammes, listes à puces, descriptions, poèmes, collages photos, …

Page de nature journaling sur les plantes

Les dessins peuvent être beaucoup plus simples qu’ici, pas de pression 😉 (Hornbeam Arts – Flickr)

Qu’est ce que n’est pas le Nature Journaling ? 

Ce n’est pas une œuvre d’art. Il n’y a absolument pas besoin d’être un artiste pour faire un journal nature. Même si avoir un beau résultat peut être sympa, ce n’est pas l’objectif.

Le problème si on part avec cette idée en tête c’est qu’elle peut empêcher de se lancer, soit par peur de raturer, soit parce qu’on pense que l’on a pas de compétences artistiques.

L’idée est simplement de noter ce que vous observez sous la forme qui vous plaît. Les compétences artistiques se développent avec la pratique et un journal nature est justement un excellent moyen de les pratiquer (le dessin, l’écriture, etc).

Un journal nature est un lieu d’expérimentation où vous pouvez tester, noter vos observations sous une forme qui vous plaît, vous inspirer de ce que vous avez pu voir ailleurs … il y a une grande liberté et beaucoup de place pour la créativité.

Pour mieux comprendre ce qu’est le “Nature journaling” et ce qu’on observe et prend en note en pratique, il va falloir parler un peu du mot “nature”.

Qu’est qu’on entend exactement par là ? Qu’est ce qu’on prend donc en note dans son journal ? Voyons ça tout de suite.

Qu’est ce que la nature ?

Ce mot n’est souvent pas très clair et peut vouloir dire pas mal de choses différentes d’une personne à l’autre (qu’est ce qui est vraiment “naturel” ?).

Quand on parle de Nature, c’est assez souvent par opposition avec ce qui est d’origine humaine et qui est plus “artificiel”. C’est l’opposition qu’on fait aussi parfois entre nature et culture.

Il y a donc souvent cette opposition entre l’homme et ce qui est d’origine humaine et tout le reste, regroupé sous l’étiquette de “nature”.

Sauf que l’être humain est une espèce parmi les 8 à 20 millions d’espèces qui existent sur Terre4

Le souci, est que la nature, constituée de ces millions d’autres espèces, est parfois uniquement considérée comme un décors dans lequel il est agréable de se promener sur notre temps libre. Il y a aussi parfois la tendance plus gênante de considérer que ce décor est à notre disposition, ce qui pourrait expliquer bien des problèmes écologiques actuels …

Je préfère la notion de “vivant”, mise en avant par Baptiste Morizot, qui reflète plus la réalité5. Ce terme est aussi un peu moins “froid” que le terme de nature je trouve.

L’avantage est que c’est beaucoup plus clair : on ne parle pas d’une certaine forme de nature (une nature sauvage et intacte par exemple) mais de tout ce qui est vivant.

Les sujets pour faire du nature journaling sont donc très variés : un cerf, un oiseau dans votre jardin, une plante en pot, une simple tomate vue en coupe ou un milieu de vie comme une rivière.

C’est donc une activité qui peut se faire à la campagne mais aussi en ville, sur un balcon, dans un parc ou en intérieur.

Pas besoin de partir en immersion pendant plusieurs heures ou jours dans un espace de nature sauvage. Cinq ou dix minutes, avec le vivant que vous avez à proximité de vous peut au contraire très bien fonctionner.

C’est aussi un des avantages de cette activité : se rendre compte que la nature et le vivant sont tout autour de nous, même dans les endroits que l’on considère comme les moins naturels.

Page de journal nature sur un coquelicot

Mirhayasu

Page de journal nature animaux

Hornbeam Arts – Flickr

Page de nature journaling sur une jacinthe des bois

Hornbeam Arts – Flickr

Page de nature journaling sur des plantes

Jimmie Quick

Quelques exemples de journaux nature

Les avantages du Nature Journaling 

Il y a quelques semaines j’ai écrit un article sur les bienfaits de la nature . Un article que j’ai voulu assez fouillé, en s’appuyant sur des études scientifiques. 

En découvrant le nature journaling, je dois dire que j’étais plutôt content de trouver une activité en plein air, au contact de la nature, qui permette de tester tous ces bienfaits montrés par ces études.

J’ai donc simplement fait une semaine sans Nature journaling, avec pas mal de temps passé en intérieur, suivie d’une semaine en faisant cette activité quotidiennement, et enfin une semaine de nouveau sans.

Et, alors ? Qu’est ce que ça a donné allez vous me demander ? 🙂

Et bien j’ai vraiment vu la différence ! Je peux confirmer les avantages que je vais vous présenter dans la partie qui suit avec un sentiment global de mieux être

Globalement moins de sentiment de stress et d’anxiété, moins de rumination à essayer de résoudre des problèmes et plus de présence et d’attention le reste de la journée (pour profiter de moment avec des proches par exemple). 

Et aussi une petite joie d’avoir l’impression de connaître la nature proche de chez moi un peu plus chaque jour 🙂.

Voyons un peu plus en détail pourquoi cette activité fait du bien. 

Les avantages

La nature

Si cette activité est réalisée en extérieur, elle permet de profiter de tous les avantages d’une activité au contact du vivant dont je vous parle dans cet article : réduction du stress, meilleure attention, activité physique, effets de la lumière naturelle, moral, immunité. 

C’est déjà pas mal ! 🙂

Une motivation pour sortir

Cette activité peut donner un but pour votre sortie et vous inciter à explorer la nature proche de chez vous régulièrement. C’est une bonne manière de bouger un peu plus.

Une reconnexion à la nature

Le nature journaling invite à prendre le temps d’observer, donc de ralentir en étant attentif à ce qui se passe maintenant et aux détails de l’environnement. 

Elle permet d’apprendre à mieux observer la nature et à comprendre son fonctionnement.

Ce sera une occasion pour apprendre sur les plantes, les animaux et les écosystèmes en continu grâce à l’observation et à la prise de notes.

Vous pourrez par exemple être plus attentif et mieux vous rendre compte des changements saisonniers et des rythmes de la nature : le cycle de vie des plantes à fleur, le changement de couleurs de feuilles d’arbres, leur chute puis l’apparition des bourgeons, la migration des oiseaux, …

Avantages bien-être

Se concentrer sur ce qui se passe maintenant, l’observer et le dessiner, permet de ralentir et de cultiver un état de présence, favorable à la réduction du stress et de l’anxiété. 

Un peu comme le fait la pratique de la mindfulness, dont les bienfaits sont largement étudiés et montrés6.

Une meilleure attention

Cette activité combine les approches pour un cocktail qui permet d’améliorer globalement l’attention :

– Le fait de ralentir et d’être attentif à ce qui se passe maintenant (ce qui la rapproche de la méditation de mindfulness), 

– Le fait que cette activité soit au contact du vivant. La nature étant bénéfique en elle-même pour l’attention7

– Le fait d’utiliser le dessin, qui permet également de cultiver une meilleur attention8.

Exprimer et développer sa créativité

Comme nous l’avons vu, cette activité laisse beaucoup de liberté. Vous pouvez donc être créatif dans votre prise de note en jouant sur les médiums (crayons, feutres, aquarelle, collages, etc), la forme (dessins, écrits), la mise en page et la composition (flèches, encadrés, zooms, vues en coupe, etc). C’est un très bon moyen de développer sa créativité en explorant et en testant des choses.

Développer ses compétences artistiques

Comme toute compétence, les compétences artistiques demandent à être travaillées pour se développer. Le nature journaling, en utilisant les dessins et les mots, permet de travailler et de développer ces 2 aspects.

Une activité flexible

Dernier avantage de cette activité : c’est une activité flexible sur le temps que vous y passez et sur le lieu où vous pratiquez

Elle demande peu de matériel et peut être pratiquée seulement 5 minutes, aussi bien en intérieur qu’en extérieur.

J’espère vous avoir donné envie avec tous ces avantages 😉. 

Voyons maintenant comment démarrer concrètement !

Jeunes qui dessinent en forêt

Ekaterina Bolovtsova – Pexels

Comment démarrer ? 

Le matériel

Tout d’abord, pas besoin d’investir dans du matériel coûteux. Pour tester cette activité, vous pouvez commencer avec ce que vous avez déjà chez vous.

Le matériel de base à avoir pour commencer est : 

– Un carnet 

– Un crayon (classique ou porte-mine) 

– Une gomme ou un “crayon-gomme”

Tout dépend de votre pratique : est-ce que vous comptez plutôt écrire et dessiner un peu ? Est-ce que vous souhaitez faire autant l’un que l’autre ? Est-ce que vous souhaitez utiliser des “techniques sèches” (crayons) uniquement ou aussi des techniques “humides” (feutres, aquarelle, …) ?

En fonction de vos réponses, vous pourrez aller vers un type de matériel ou un autre. Si vous comptez écrire principalement, un carnet ligné peut être une bonne option par exemple mais si vous voulez ajouter des schémas et dessins ce ne sera pas forcément l’idéal.

Si vous utilisez des techniques humides comme l’aquarelle, il faudra partir sur un carnet avec des feuilles plus épaisses (200g/m² minimum pour être à l’aise).

Personnellement, je préfère un carnet suffisamment grand (A4), avec des feuilles blanches non lignées et suffisamment épaisses pour pouvoir utiliser à la fois des techniques sèches et humides. Ce choix permet d’avoir un maximum de possibilités créatives mais à vous de voir ce qui vous convient le plus 😉.

Vous pouvez très bien partir sur un carnet plus petit par exemple (attention quand même à ne pas avoir un format trop petit, ce qui limiterait beaucoup les possibilités).

Voici quelques exemples de matériel en plus pour varier les rendus : 

    – Aquarelle (avec palette, peinture et pinceau) 
    – Stylo bic 
    – Crayons de couleurs 
    – Feutres 
    – Crayons aquarellables  
    – Gouache 
    – Crayons graphites plus ou moins gras 
    – Stylo-gel blanc

Enfin, tout matériel en plus pour observer la nature peut être utile : jumelles, loupe de botaniste, petites boîtes en plastique, …

Pour en savoir plus sur le matériel utile, vous pouvez allez faire un tour sur cet article.

Après avoir vu le matériel utile pour démarrer, voyons comment procéder concrètement en quelques étapes 🙂. 

Matériel pour dessiner la nature dehors : carnet, crayon, gomme

Un carnet, une gomme et un crayon suffisent pour démarrer !

Le nature journaling en quelques étapes 

  1. Réunir le matériel : Pour commencer, réunissez votre matériel et glissez-le dans un sac. Pour regrouper vos outils plus facilement, vous pouvez utiliser des mini-élastiques. Une idée pour démarrer cette activité plus rapidement est de constituer un “kit de terrain”, toujours glissé dans un sac qui est dédié à cette activité. 

Si cette activité vous plait et que vous souhaitez acheter un sac dédié, privilégiez un sac qui se porte en bandoulière à l’épaule, il sera bien plus pratique qu’un sac à dos pour sortir votre matériel rapidement et facilement sur le terrain par rapport à un sac à dos.

  1. Choisissez un endroit où faire du nature journaling.
    Comme nous l’avons vu, ça peut être en intérieur, en extérieur, dans votre jardin, sur votre balcon ou dans un milieu naturel. Vous avez pas mal de choix à disposition 🙂. 

L’idéal est de constituer une petite liste de lieux rapidement et facilement accessibles depuis chez vous et qui puissent répondre à vos différentes envies. Cette activité doit être facilement accessible pour être faite régulièrement, donc avoir cette liste d’endroits proches est un énorme avantage. Vous pouvez aussi réfléchir à des lieux un peu plus éloignés qui vous feraient envie pour quand vous aurez plus de temps.

  1. Noter quelques informations pour commencer.
    Une fois sur le terrain, commencez par noter la date, l’heure et la localisation. Si vous souhaitez être vraiment précis, vous pouvez dessiner une petite carte sur une partie de votre page. Ces informations seront très utiles plus tard, elles enrichiront énormément votre prise de note et les observations que vous noterez (par exemple, le comportement d’une espèce varie en fonction de ces éléments et vous pourrez vous dire en revoyant vos notes : “ah oui, à telle période de l’année et à telle heure, j’ai observé telle espèce qui avait tel comportement …”).

Cela permettra aussi de vous lancer en commençant à remplir cette feuille blanche que vous avez devant vous et qui peut vous bloquer.

  1. Choisir ce que vous allez prendre en notes
    Ne cherchez pas le sujet parfait (il y aura toujours des “oui mais …”). Partez plutôt sur un sujet que vous trouvez curieux, qui attire votre attention ou que vous trouvez tout simplement beau. En prenant le temps de l’observer et de le dessiner, vous découvrirez sans doute des choses insoupçonnées 😉.
  1. Procédez en 3 étapes.
    Une porte d’entrée est d’utiliser 3 phrases successives
    9 :

    – “Je remarque” : notez toutes vos observations, avec des mots, des chiffres et des dessins

    – “Je me demande” : écrivez les questions qui vous viennent et faites des hypothèses. Essayez d’être le plus curieux possible. Faîtes ensuite de nouvelles observations et prenez de nouvelles notes (vue zoomée sur un détail, nouveau point de vue, …)

    – “Ça me rappelle” : Faites le lien avec des informations que vous connaissez déjà : des observations précédentes, des souvenirs, des émotions, de la “pop-culture” etc. Ça vous permettra de donner du sens et d’ancrer cette nouvelle connaissance.

6. Pensez schéma plutôt que dessin et prise de notes plutôt qu’œuvre d’art.
Vous enlèverez beaucoup de pression de cette manière (peur de raturer, idée qu’on ne sais pas dessiner, …). Vous pouvez par exemple faire un schéma global de ce que vous observez puis vous concentrer sur un détail et faire un dessin ou un schéma de ce détail avec une vue zoomée.

7. De retour à la maison,
Revoyez votre carnet, complétez vos notes avec des flèches, des encadrés, de la couleur, … Vous pouvez aussi partager vos notes auprès d’une communauté de nature journaling pour vous inspirer, vous encourager et progresser.

8. En continu
Inspirez vous d’autres pratiquants, testez des choses, des manières de représenter la nature et d’organiser votre page et vos notes. Vous pouvez aussi vous renseigner sur la nature en continu pour approfondir vos découvertes. De nombreuses applications, guides papiers et ressources en ligne existent (vous pouvez retrouvez à la fin quelques ressources pour vous inspirer justement 😉).

Page de journal nature sur les fleurs communes

Hornbeam Arts – Flickr

Les pièges à éviter 

Il y a peut-être quelques “oui mais …” qui vous viennent après avoir lu tout ça. Je vais donc passer rapidement sur quelques difficultés dans cette dernière partie. Certaines demanderaient un peu plus d’explications et je ferai sûrement des articles dédiés.

Je ne sais pas dessiner

Cette activité ne demande pas de compétences artistiques. Il s’agit simplement de remplir un carnet avec ses observations, sous une forme qui vous plaise. Le dessin est utilisé car certaines informations sont beaucoup plus faciles à noter avec cette approche mais ça peut être de simples schémas. Le don du dessin est aussi une idée reçue assez répandue alors que c’est une compétence qui se travaille. Le nature journaling est justement un excellent moyen pour vous entraîner à observer et dessiner et donc pour vous améliorer. 

Je n’ai pas le temps 

Le manque de temps peut être un vrai obstacle. Heureusement, cette activité est flexible 🙂. 

Vous pouvez très bien faire des sessions courtes de 5 ou 10 minutes.

Vous pouvez aussi faire du nature journaling en intérieur : avec des plantes en pot ou des plantes que vous avez sur votre balcon par exemple.

En intérieur, vous pouvez vous servir d’éléments ramassés en extérieur à une autre occasion (feuilles, coquillages, …) ou de photos ou notes que vous avez prises en balade avec votre téléphone par exemple.

Une dernière idée est d’avoir votre matériel à portée de main et de profiter des petits creux que vous pourriez avoir dans votre journée pour faire un peu de journaling.

Je n’ai pas d’espaces naturels proche de chez moi

Beaucoup d’alternatives existent comme les parcs et jardins publics, les balcons ou jardins privés ou même une simple plante en pot.

Pensez à explorer les thèmes les plus courants : les insectes, les oiseaux, les plantes et les arbres en milieux urbains, les mousses, les lichens, …

Vous pouvez aussi faire en sorte d’attirer et d’accueillir la biodiversité chez vous : avec des plantes mellifères sur un bord de fenêtre, une mangeoire pour les oiseaux (en hiver uniquement), un jardin accueillant pour la biodiversité 10, …

Pensez aussi à regarder du côté des sciences participatives: c’est une bonne occasion d’observer la nature, même en milieu urbain. Ces programmes donnent très souvent accès à des ressources gratuites et des conseils pour observer la nature.

Enfin, pensez “vivant”, plutôt que “nature”, et vous verrez qu’il y a des sujets d’observation partout 😉.

Je n’y connais rien à la nature

Ce n’est justement absolument pas nécessaire ! Au contraire, vous aurez “l’esprit du débutant” et serez probablement plus curieux et attentif qu’un expert. Pour approfondir le sujet, de nombreuses ressources existent (blogs, guides papiers, applications comme “Seek”, “iNaturalist”, “Plantnet”, “Birdnet”, …).

Le matériel coûte cher …

Vous n’avez pas besoin de commencer avec du matériel premium, regardez d’abord chez vous ce que vous avez déjà, puis en fonction, achetez le matériel de base pour démarrer. Vous pourrez très bien investir un peu plus après si cette activité vous plaît.

Cette activité ne sert à rien …

Ah mince … j’ai loupé mon article si vous pensez toujours ça … Remontez quand même un peu plus haut, on ne sait jamais 😉.

Plus sérieusement, on peut très bien se dire que cette activité ne sert à rien, et si c’était le cas, ce serait très bien aussi ! Tout au long de la journée, et de plus en plus, on cherche a faire quelque chose avec un but précis en tête, une utilité et tout ce qui ne rentre pas dans une fonction précise (être moins stressé, plus productif et efficace, en meilleur santé, …) n’a pas sa place.

Les journées durent 24 heures pour tout le monde donc ça semble du bon sens. Le problème est quand il n’y a plus que ça. Toute activité que l’on fait pour le simple plaisir de le faire n’a alors plus sa place.

Le nature journaling peut-être un moyen de faire une pause dans la recherche de rentabilité et faire cette activité sans objectif précis si ce n’est simplement pour le plaisir que ça nous apporte. C’est comme un petit cadeau que l’on se fait 🙂11.

Conclusion

Vous devriez maintenant être incollable sur cette activité qui était peut être un peu obscure pour vous. 

Pour résumer, le nature journaling est simplement le fait de remplir un journal, avec des notes écrites et des dessins de ses observations sur le thème de la nature. 

Il y a autant de style de journal nature qu’il y a de personnes qui en font un.

Certains utilisent des astuces de la “pensée visuelle” (liens) et du “sketchnoting” (schémas, pictogrammes, encadrés, …), d’autres y ajoutent des éléments collés (photos, éléments naturels, …), d’autres des poèmes, … 

Il y a donc beaucoup de liberté et de place pour la créativité.

C’est là que l’aspect “communauté” de cette pratique est intéressant : devant toutes ces possibilités il y a de quoi être un peu perdu pour commencer.

N’hésitez donc pas à vous inspirer d’autres pratiquant, à tester des moyens de représenter vos observations et de voir ce qui vous plaît le plus. 

Comme pour le dessin, c’est en testant différentes choses que vous trouverez un style qui vous est propre et qui vous plaît.

Peu de matériel est nécessaire pour démarrer (un carnet, un crayon, une gomme). Vous pouvez très bien démarrer avec ce que vous avez déjà sous la main si vous pensez que ça peut faire l’affaire.

Enfin, cette activité présente de nombreux avantages puisqu’elle combine à la fois les bienfaits d’une activité créative et d’une activité en extérieur et au contact de la nature. Mais le plus grand bienfaits et la chose la plus importante est sans doute que vous pratiquiez cette activité pour vous, parce qu’elle vous plaît. 

Pour démarrer nous avons vu quelques conseils, sur le matériel et sur les sujets qui peuvent être dessinés.

Pour aller un peu plus loin et trouver plus d’inspiration vous trouverez quelques ressources en plus juste en dessous.

Envie de vous lancer dans cette activité ?

Si vous avez des questions, des remarques ou des partages, rendez-vous dans l’espace commentaires 😉

J’y répondrai avec plaisir.

Bonnes observations, bonnes découvertes et bons dessins ! 

A très vite, 

Références 

(1) Santé Public France. Zeghnoun, A.; Dor, F.; Kirchner, S.; Grégoire, A. Estimation du temps passé à l’intérieur du logement de la population française. https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/146202/2133515

(2) Valentine. Comment nos sociétés modernes ont détruit notre lien à la nature. https://eveil-et-nature.com/comment-nos-societes-modernes-ont-detruit-notre-lien-a-la-nature/

(3) 5 chiffres surprenants sur le stress. https://www.laboratoire-lescuyer.com/blog/nos-conseils-sante/5-chiffres-surprenants-sur-le-stress

(4) Combien y a-t-il d’espèces sur Terre ? Muséum national d’Histoire naturelle. https://www.mnhn.fr/fr/combien-y-a-t-il-d-especes-sur-terre 

(5) Morizot, B.; Damasio, A.; Powers, R.; Chauvin, S. Manières d’être vivant: Enquêtes sur la vie à travers nous; Babel: Arles, 2022.

(6) Jha, A. P.; Krompinger, J.; Baime, M. J. Mindfulness Training Modifies Subsystems of Attention. Cogn. Affect. Behav. Neurosci. 2007, 7 (2), 109–119. https://doi.org/10.3758/CABN.7.2.109

(7) Les bienfaits de la nature sur le cerveau. Fédération pour la Recherche sur le Cerveau (FRC). https://www.frcneurodon.org/informer-sur-la-recherche/actus/les-bienfaits-de-la-nature-sur-le-cerveau/ 

(8) Loudon, G. H.; Deininger, G. M. The Physiological Response to Drawing and Its Relation to Attention and Relaxation. J. Behav. Brain Sci. 2017, 07 (03), 111–124. https://doi.org/10.4236/jbbs.2017.73011.

(9) Laws, J. M. Laws Guide to Nature Drawing and Journaling; Heyday Books: Berkeley, California, 2016.

(10) Accueillir la biodiversité au jardin – Portail de la biodiversité en Centre-Val de Loire. https://www.biodiversite-centrevaldeloire.fr/ressources/idees-actions/accueillir-la-biodiversite-au-jardin

– Les cahiers techniques du Parc – Accueillir la biodiversité au jardin_. Parc naturel régional du Haut-Languedoc. 2009. https://parc-haut-languedoc.fr

(11) Midal, F. Foutez-vous la paix !; Pocket: Paris, 2018

Ressources sur le nature journaling : 

– Natre journaling week : https://www-naturejournalingweek.com

– Wild Wonder Foundation. https://www.wildwonder.org/

– Marley Peifer, naturaliste et pédagogue.  https://marleypeifer.com/ 

– John Muir Laws, auteur, naturaliste, artiste et pédagogue https://johnmuirlaws.com/ 

– Chaîne YouTube de John Muir Laws https://www.youtube.com/@JohnMuirLaws 

Articles sur le nature journaling 

– Nature Journaling for Beginners: Essentials – Marley Peifer https://marleypeifer.com 

– How to Make a Nature Journal: 11 Steps (with Pictures) – wikiHow Life 

Inspiration et exemples de Nature Journaling : 

– Communauté en ligne sur le nature journaling : (8) The Nature Journal Club | Facebook 

– Compte Instagram de John Muir Laws : John Muir Laws (@johnmuirlaws) • Photos et vidéos Instagram 

– Compte Instagram de Marley Peifer Marley Peifer (@marleypeifer) • Photos et vidéos Instagram 

– Exemples de nature journaling – Journaling | Flickr

Ressources sur la nature 

Applications : Birdnet, Merlin Bird, Le Guide ornitho, Plantnet, iNaturalist, Seek, …

Guides papier : De nombreux guides de qualités sont publiés par les éditions Delachaux & Neslté et Biotope

Associations et structures naturalistes (ressources et sorties nature) : Associations naturalistes locales, Ligue pour la Protection des Oiseaux, Conservatoire d’espaces naturels, Parcs naturels régionaux, Agences régionales de la biodiversité, Espaces naturels sensibles, …

Sciences participatives et ressources : Vigie-Nature, OPEN 

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement en complément
le guide « 5 Clés pour découvrir la nature grâce au dessin« 

A l’intérieur vous y trouverez :

  • Comment booster vos connaissances sur la nature grâce au dessin
  • 3 étapes pour vous souvenir de vos observations et booster vos connaissances
  • Comment observer plus d’animaux
  • Quel matériel choisir pour démarrer le dessin et l’observation de la nature
Couverture de l'ebook "5 clés pour découvrir la nature grâce au dessin"
Si vous avez aimé cet article, vous êtes libre de le partager !